Analyse Marché

Ouverture en baisse sur les marchés, de vieux spectres baissiers ressurgissent

FOREX

La livre est sous pression par rapport à l’euro et au dollar, perdant plus de 1 % par rapport aux deux devises lors des échanges de lundi matin. Les marchés montrent des signes de nervosité, alors que les discussions entre l’UE et le Royaume-Uni se poursuivent, les positions des deux camps restant très éloignées sur la question de l’égalité des conditions de concurrence. Alors que le temps commence à s’écouler, le scénario de base pour la majorité des investisseurs est toujours qu’un accord sera conclu avant la fin du temps imparti. Toutefois, le temps passe et chaque jour qui passe sans qu’un accord soit conclu augmente la pression et fait monter les enjeux, ce qui oblige les investisseurs à commencer à prendre en compte la possibilité qu’aucun accord ne soit conclu d’ici le 31 décembre, à la fin de la période de transition.

Ricardo Evangelista – Analyste Senior, ActivTrades


OR

Après le rebond de la semaine dernière, l’or fait une pause et le prix se consolide et se négocie entre 1 830 et 1 840 dollars l’once, une baisse fractionnaire par rapport à la semaine dernière. Les prochaines séances de négociation nous indiqueront la force de la zone de résistance de 1 850 $, qui est la première barrière claire pour de nouvelles récupérations du métal jaune. A l’inverse, les acheteurs semblent avoir créé une zone de soutien valable entre 1 810 et 1 820 dollars, ce qui a soutenu la reprise des prix de la semaine dernière. Il convient également de noter que la vente observée sur le dollar s’est (temporairement ?) arrêtée, confirmant que les marchés attendent maintenant de nouveaux moteurs directionnels.

Carlo Alberto De Casa – Chef analyste, ActivTrades

 

ACTIONS EUROPÉENNES

La plupart des marchés boursiers du monde entier ont baissé lundi après l’apparition de nouveaux effets de levier baissiers qui ont pesé sur le sentiment du marché en début de semaine. Même si la plupart des investisseurs ont les yeux rivés sur la reprise économique, l’attention qu’ils portent actuellement aux données macroéconomiques et aux relations commerciales internationales leur a fait tempérer leur exposition aux marchés boursiers. Le sentiment mitigé de ce matin intervient après que les investisseurs ont digéré le regain de tensions entre les États-Unis et la Chine, ce qui a suscité des inquiétudes quant à l’avenir des relations commerciales entre les deux plus grandes économies du monde, et une nouvelle impasse dans les négociations de Brexit qui inquiète également les opérateurs du marché car la date limite ultime pour la conclusion d’un accord approche rapidement. En outre, après le rapport décevant sur l’emploi aux États-Unis de vendredi dernier, certains investisseurs misent désormais sur un soutien économique et monétaire accru de la part des banques centrales et des gouvernements, avec un nouveau plan de relance américain et un programme d’achat d’obligations accru de la BCE attendu dès cette semaine. Ces espoirs peuvent accroître le risque de baisse sur la plupart des marchés car si les données, les banquiers centraux ou les gouvernements venaient à décevoir, la correction baissière actuelle risque de devenir plus forte et plus profonde que prévu initialement.

 

L’indice FTSE-100 de Londres est l’un des seuls à afficher une performance positive en Europe aujourd’hui, car les prix sont stimulés par la baisse de la livre.

Pierre Veyret– Analyste Technique, ActivTrades