Date: 24/01/2018

Les Bourses européennes se tassent en début de séance, l’envolée de l’euro pesant sur la tendance. La monnaie unique s’échange à plus de 1,23 dollar, au plus haut depuis fin 2014, renforçant la pression sur les marchés d’actions européens alors que le rallye boursier de ce début d’année semble s’essouffler sur fond de stabilisation des taux d’intérêt de référence.

Croissance au beau fixe en zone euro
Au niveau économique, l’indicateur d’activité composite a poursuivi sa progression en zone euro à 58,6, plus haut depuis 139 mois, selon les résultats préliminaires de l’enquête de janvier. Les investisseurs seront également attentifs aux chiffres du marché de l’emploi au Royaume-Uni (10h30) ainsi qu’aux indicateurs PMI préliminaires (15h45) et aux ventes de logements anciens aux États-Unis (16h). Une longue série de résultats d’entreprises sont également attendus sur Wall Street. Épinglons notamment dont Comcast, General Electric, Abbott ou Baker Hughes avant l’ouverture des marchés.

Le Brent ne profite pas du dollar
La fébrilité du dollar profite globalement aux matières premières. Les métaux et les denrées agricoles progressent ainsi en début de séance. Le baril de Brent ne parvient par contre pas à se maintenir à plus de 70 dollars sur fond de hausse des stocks de brut et d’essence aux États-Unis selon les données officieuses de l’API. Le rapport officiel sur le marché pétrolier américain est attendu cette après-midi (16h30).

Cédric Boitte