Analyse Marché

Les investisseurs tiraillés entre fin de crise et escalade des tensions géopolitiques

FOREX

L’euro continue de perdre du terrain par rapport aux autres grandes monnaies lors des échanges de début de mercredi en Europe. Alors que les investisseurs examinent toutes les implications de l’arrêt rendu hier par la Cour suprême allemande, qui empêche effectivement la Bundesbank de participer au programme d’achat du secteur public de la BCE, la monnaie unique a atteint son niveau le plus bas depuis plus de 3 ans par rapport au yen japonais, monnaie refuge. La décision de la cour allemande est comme un seau d’eau froide jeté sur ceux qui espéraient une plus grande cohésion et solidarité entre les différents pays membres de la monnaie unique pour tenter de surmonter les durs défis à venir.

Ricardo Evangelista – Analyste Senior, ActivTrades


OR

Au cours des derniers jours, nous avons vu les stocks augmenter, puis diminuer et ensuite se reconstituer à nouveau. Malgré tous ces mouvements, le prix de l’or est resté relativement stable. La correction observée jeudi et vendredi matin a été suivie d’une forte reprise jusqu’au niveau clé de 1 700 dollars. La volatilité semble avoir disparu cette semaine, les lingots attendant une nouvelle impulsion et le prix au comptant continuant à s’échanger de part et d’autre du seuil de 1 700 dollars. Techniquement, la tendance reste haussière, car les investisseurs continuent d’acheter de l’or comme assurance en cas de deuxième vague de coronavirus, tandis que les banques centrales sont obligées d’imprimer de grandes quantités de monnaie pour atténuer la crise générée par la pandémie et le verrouillage qui en découle.

Carlo Alberto De Casa – Chef analyste, ActivTrades

 

ACTIONS EUROPÉENNES

En milieu de semaine, l’incertitude règne sur les actifs à risque, les investisseurs du monde entier étant désormais tiraillés entre des facteurs contrastés. D’un côté, les opérateurs savent que le pic du virus est probablement passé et que la fin de la crise est peut-être en vue, ouvrant la voie à une augmentation de la demande dans tous les secteurs. Les investisseurs ont salué le fait que le président Trump envisagerait une nouvelle série de mesures d’aide, notamment des réductions de taux et diverses déductions pour aider les entreprises, les travailleurs et les investisseurs. D’autre part, les opérateurs s’inquiètent de plus en plus des relations entre les États-Unis et la Chine après que Washington a remis en question le comportement de Pékin sur l’origine de la pandémie mondiale. Une nouvelle guerre commerciale entre les deux blocs détruirait le sentiment du marché avant la période estivale et serait dévastatrice pour les entreprises, surtout s’il y avait une deuxième vague de COVID-19.

Les marchés européens ont poursuivi leur chute jusqu’à présent et le CAC-40 de Paris est l’un des plus mauvais élèves de la zone euro. Le marché se traite juste en dessous de sa moyenne mobile à 21 jours mais au-dessus de sa zone de support de très court terme à 4 430 pts où une rupture pourrait rapidement ramener les prix à 4 355 pts.

Pierre Veyret– Analyste Technique, ActivTrades