Date: 15/05/2018

Les Bourses européennes se montrent hésitantes en début de séance alors que les marchés confirment globalement la nette décrue de la volatilité. Les variations demeurent en effet limitées malgré des indicateurs économiques mitigés en Chine. La croissance de la production industrielle, traditionnellement plus influencée par les exportations, a accéléré à 7% en avril mais le net ralentissement des investissements (7%) et des ventes au détail (9,4%) a déçu.

Agenda économique chargé

Dans la zone euro, la séance est marquée par la publication des chiffres du PIB du 1er trimestre. Le net ralentissement de la croissance en Allemagne (1,6% en glissement annuel) a clairement déçu avant le PIB pour l’ensemble de la zone euro (11h). Les investisseurs suivront aussi l’indice ZEW (11h) de sentiment économique en Allemagne, retombé en territoire négatif le mois dernier. Aux États-Unis, les ventes au détail (14h30), l’indicateur manufacturier Empire State (14h30) et les stocks des entreprises (16h) animeront la séance.

Le Brent enchaîne malgré les doutes

Sur le marché des matières premières, les indicateurs mitigés en Chine pèsent sur les métaux. Le baril de Brent poursuit par contre son avancée à plus de 78 dollars alors que de plus en plus d’investisseurs misent sur une hausse à 85-90 dollars selon Reuters. Certains analystes doutent toutefois de la durabilité cette hausse, soulignant que le marché physique est bien moins tendu et épinglant la prime affichée par le Brent par rapport aux autres barils de brut de référence à travers le monde.

 

Cédric Boitte