Analyse Marché

Baisse à l’ouverture pour la dernière session du mois

FOREX

Le risque est présent et le dollar continue de baisser. L’indice du dollar se négocie à son plus bas niveau depuis 17 mois, alors que les investisseurs continuent de fixer le prix des récents succès des vaccins, du dénouement de l’incertitude politique à Washington et des attentes d’un nouvel assouplissement de la part de la Fed. Depuis mars de cette année, lorsque les marchés financiers ont connu un pic d’anxiété lié au coronavirus, l’indice mesurant la performance du billet vert a chuté de près de 11 % dans une tendance qui pourrait entraîner une nouvelle faiblesse. La perspective d’un rebond économique en 2021 signifie que les investisseurs abandonnent le dollar refuge et recherchent de plus grandes opportunités de croissance dans des actifs plus risqués.

Ricardo Evangelista – Analyste Senior, ActivTrades


OR
Malgré la nouvelle semaine qui commence avec les marchés boursiers en rouge, l’or n’a pas encore pu rebondir. La tendance à court terme de l’or a été compromise par la chute du prix au-delà du niveau de soutien de 1 850 dollars. Les investisseurs se sont tournés vers d’autres actifs, à la recherche de gains plus rapides, sans pour autant oublier que les banques centrales seront obligées d’imprimer de la monnaie pendant de nombreuses années pour aider l’économie à se remettre de la crise de Covid-19.

D’un point de vue technique, le prix a maintenant trouvé un niveau de soutien à 1 780 $. La prochaine zone de soutien est placée à 1 750 dollars, tandis que la suivante se situerait entre 1 690 et 1 700 dollars. Il sera intéressant de voir la réaction des investisseurs une fois que les marchés boursiers auront rectifié le tir, car cela pourrait éventuellement inciter de nouveaux acheteurs à redécouvrir l’or.

Carlo Alberto De Casa – Chef analyste, ActivTrades

 

ACTIONS EUROPÉENNES

Les marchés boursiers ont ouvert à la baisse en Europe, l’appétit pour le risque ayant diminué lors du dernier jour de bourse du mois. Les investisseurs choisissent de tempérer leur exposition aux actifs risqués après une hausse de 13 % des actions en novembre et avant une autre semaine chargée en nouvelles macroéconomiques. Les actions du secteur de l’énergie sont en tête des baisses ce matin après que l’OPEP n’a pas pris de décision sur l’approvisionnement en pétrole avant la réunion virtuelle d’aujourd’hui. Ailleurs, les banques et les petites capitalisations sont également parmi les moins performantes, les investisseurs prenant quelques bénéfices après le rallye de ce mois et avant le programme chargé de cette semaine avec le rapport sur l’emploi américain qui se profile pour vendredi. Entretemps, les actions technologiques ont fait preuve d’une plus grande résistance lors du cyber-lundi. Le repli d’aujourd’hui est plus susceptible d’être « technique » que de menacer réellement les marchés, car la reprise économique mondiale reste sur les rails et les vaccins confirmés continuent de lever l’incertitude à long terme. Dans ce contexte, il y a de fortes chances que les investisseurs s’appuient sur les nouvelles macroéconomiques pour ajuster leur stratégie de négociation jusqu’à la fin de l’année. On s’attend à une plus grande volatilité sur les marchés pétroliers aujourd’hui avec un éventuel accord de la réunion de l’OPEP sur la production pétrolière, ce qui devrait également avoir un impact significatif sur les actions liées au pétrole, y compris le secteur des voyages et des loisirs.

Pierre Veyret– Analyste Technique, ActivTrades