Date: 25/02/2020

Actions UE

Les actions européennes ont d’abord connu une hausse à l’ouverture, après la vente d’hier. Toutefois, ce mouvement haussier initial a été de courte durée, la plupart des marchés ayant chuté peu après la cloche d’ouverture, ce qui a conduit les prix à se rapprocher des plus bas de la veille. Les investisseurs restent coincés entre leur appétit pour le risque et l’impact flou du coronavirus, ce qui conduit à un sentiment mitigé sur le marché cette semaine. Le président Trump a tenté de rassurer les investisseurs en déclarant que l’économie américaine était toujours saine, robuste et qu’elle n’était pas encore touchée par le virus mortel. Ces mots ont également été soulignés par le directeur de la NEC, M. Kudlow, qui a même déclaré que les investisseurs devraient « envisager sérieusement d’acheter la baisse ». Toutefois, ces mots n’ont pas suffi à la plupart des investisseurs qui craignent déjà, sinon un impact direct, du moins un impact indirect sur les importations/exportations américaines dans les jours ou les semaines à venir. En outre, les opérateurs sont de plus en plus attentifs aux avertissements des grands groupes internationaux, surtout après que MasterCard et American Airlines ont tous deux déclaré que leurs bénéfices étaient affectés par la crise. Les marchés européens sont mitigés dans la mesure où la volatilité reste élevée, mais la directivité fait toujours défaut. Le FTSE-MIB continue d’enregistrer la plus mauvaise performance de la zone euro, tandis que l’indice français CAC-40 et l’indice DAX-30 de Francfort se négocient à un niveau proche des cours d’ouverture d’aujourd’hui. L’indice le plus résistant se trouve à Londres, le FTSE-100 se négociant à un niveau légèrement supérieur à celui d’hier. Le sentiment des investisseurs à l’égard des actions britanniques pourrait être renforcé par la perspective d’un accord commercial entre le Royaume-Uni et les États-Unis, après que le Premier ministre britannique, M. Johnson, a récemment déclaré que les négociations commerciales avec Washington pourraient commencer dès le début du mois de mars. Le marché n’a pas réussi à franchir la zone forte à 7200 pts et se négocie maintenant autour du niveau de 7150 pts, ce qui constitue le premier soutien avant 7115 pts. Un dégagement de la zone des 7200 pts pourrait rapidement conduire les prix à un niveau proche de 7255 pts et 7300 pts par extension.

Pierre Veyret– Analyste Technique, ActivTrades