Elections Législatives au Royaume-Uni

Theresa May

Chronologie

Les conservateurs obtiennent la majorité

« BREXIT » : comment trader la sortie du Royaume-Uni de l’UE avant que le marché ne l’intègre dans les prix.

Octobre 2015, Pierre Veyret

La question de la sortie ou non du Royaume-Uni de l’Union Européenne demeure en suspens depuis la réélection de David Cameron au poste de premier ministre en mai dernier. Bien que ce dernier n’ait toujours pas fixé la date du référendum, il n’est cependant pas trop tôt pour prendre des mesures afin d’assurer son portefeuille contre cette menace en approche. Décryptage.


Lire Plus

Globalement, l’économie du Royaume-Unis se porte bien. Le GBP (Livre Sterling) reste l’une des monnaies les plus fortes du monde, tandis que le taux de chômage est sur un plus bas de 7 ans à 5.4%. Le seul bémol provient de la BoE qui se trouve face à une augmentation du taux directeur principal difficile du fait d’une inflation actuellement située à 0%. La balance commerciale reste déficitaire à -3.268%, sous la pression d’une livre sterling toujours très forte face aux autres majors. Bien que le débat sur la question Européenne puisse sembler lointain, de plus en plus d’institutions financières comme Commerzbank AG, UBS ou encore RBS commencent à conseiller les investisseurs à y prêter attention. La plupart des stratégistes en banque et dans les fonds de gestion anticipent même un décalage de marché graduel sur le GBP à mesure que les négociations avanceront autour de la question. L’idée de départ est la suivante : plus ce dossier avancera sur le devant de la scène et plus l’incertitude augmentera. Face à cette diminution de la confiance, les investisseurs ne voudront pas se trouver dans une situation de surexposition au GBP et préfèreront donc se tourner vers d’autres actifs (JPY, CHF ou même USD), au moins le temps des débats. Si ce scénario se valide, la BoE aura également du mal à conduire sa politique monétaire dans un climat d’incertitude quant à un possible « BREXIT ». La RBS a déclaré anticiper grandement ce scénario et tentera de se hedger du mieux possible contre ce risque. Cette décision de la banque Ecossaise intervient après les chocs provoqués sur les marchés par les derniers évènements politiques tels que la « General Election » en mai dernier ou encore le précédent referendum Ecossais en Septembre 2014. L’essentiel ici n’est pas de dire s’il y aura « Brexit » ou non mais plutôt de savoir anticiper la dégradation de la confiance ainsi que les conséquences que celle-ci aura sur certains actifs libellés en Livre Sterling. En ce qui concerne la situation technique du « Cable » (GBPUSD) on observe un marché se traitant à l’intérieur d’un canal latéral de long terme, la tendance est donc neutre sur un graphique hebdomadaire. A plus court terme le marché évolue à l’intérieur d’un range compris entre 1.5880 et 1.5140. Le biais reste baissier, le marché étant repassé en-dessous de sa moyenne mobile exponentielle à 21 périodes récemment. Le prochain support disponible est placé 540 pips plus bas à 1.4600.

Brexit proclamé. David Cameron démissionne

Une catastrophe pour les marchés, un nouvel échec pour les sondeurs

Vendredi 24 Juin, Cédric Boitte

Après le dépouillement de l’ensemble des bulletins de vote, la BBC annonce la victoire du Leave avec 51,9% des votes, prenant de court les sondeurs. Neuf des 12 derniers sondages plaçaient en effet le Remain en tête et aucun n’octroyait plus de 45% aux partisans de la sortie de l’UE. Un échec qui fait écho aux piètres prévisions des enquêtes réalisées l’année dernière avant les élections législatives. Les observateurs prévoyant qu’une large mobilisation profiterait au Remain en ont également pour leurs frais, le taux de participation ayant atteint 72,2%. Pour les marchés, le résultat du vote marque une claire déception, les Bourses et la livre ayant fortement rebondi par rapport au dollar, la devise britannique a d’ores et déjà atteint un plus bas de plus de 30 ans sous 1,35 dollar. Le contrat future sur le CAC 40 prédit une ouverture en chute de plus de 10%.

Theresa May devient Première Ministre

Les obligations raflent la mise

Mercredi 29 Juin, Cédric Boitte

Sitôt le Brexit annoncé, les regards se sont tournés vers les banques centrales. La Banque d’Angleterre a dans la foulée débloqué 250 milliards de livres pour soutenir les marchés. Les spécialistes prédisent également un assouplissement (ou une poursuite des mesures) par la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne notamment. La perspective de « taux plus bas, beaucoup plus longtemps » (dixit le patron de Legg Mason) a stimulé les obligations et par conséquent, déprimé les taux. Il est ainsi question de plus bas historiques en Allemagne, en France, au Japon et même au Royaume-Uni (dont la note a pourtant été abaissée de 2 crans par S&P). Ce mardi, Mario Draghi a toutefois admis que la politique monétaire ultra accommodante avait également des effets néfastes et appelait à une coordination entre grandes banques centrales mondiales pour y faire face. Reste à savoir ce que cela implique pratiquement en termes de politique monétaire, le Président de la BCE ayant évité le sujet, tout comme le Brexit !

Éviter le chaosJeudi 30 Juin, Cédric Boitte

Le Royaume-Uni déclenche l’article 50

La livre en baisse, le dollar en hausse

29 Mars 2017, Cédric Boitte

La livre britannique est toutefois sous pression alors que Theresa May a signé la lettre qui sera remise ce midi au Président du Conseil européen afin de lancer officiellement le processus de sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne. L’euro recule également sous 1,08 dollar avant le rapport mensuel sur les promesses de vente de logements aux États-Unis (16h).

Theresa May appelle une élection anticipée

La livre et les matières premières se stabilisent

19 Avril 2017, Cédric Boitte

Sur le marché des changes, la livre se stabilise proche de ses plus hauts depuis la victoire du Brexit après son bond de ce mardi à la suite de la convocation d’élections anticipées en juin. Le tassement du dollar permet aux matières premières de se reprendre légèrement. Le baril de Brent repasse ainsi le cap des 55 dollars avant le rapport hebdomadaire sur la production et les stocks pétroliers aux États-Unis (16h30).

Délibération. Issue du vote

Analyse technique du GBP USD

GBP – USD (H4) : Stabilité avant les elections.

La tendance court terme est neutre.
La tendance moyen terme est haussière.
Le stochastique est baissier.
Le MACD est baissier.
Le RSI est neutre.

Support : 1.2775
Depuis la cassure haussière de l’ancienne résistance des 1.2775, la paire de devises GBP-USD évolue d’une manière stable. L’ancienne résistance est désormais support, la tendance actuelle est neutre mais avec une préférence haussière tant que le support n’est pas cassé à la baisse.

Prochaine résistance : 1.3040

Gilles Santacreu

La Première Ministre Theresa May perd sa majorité

La Livre Sterling accuse le coup sur la paire GBP USD. Voir le wébinaire spécial avec  Pierre Veyret.
Qu’adviendra t’il du pouvoir et des négociations de sortie de l’Union Européenne ?

Lire Plus

EUR-GBP (H4) : Pas de changement malgré le résultat des élections

Lundi 12 juin 2017, Gilles Santacreu


La tendance court terme est haussière.
La tendance moyen terme est neutre.
Le stochastique est neutre.
Le MACD est haussier.
Le RSI est neutre.
Résistance : 0.8840

Depuis l’automne 2016, la paire de devises EUR-GBP évolue dans un range moyen terme assez large mais tres bien défini entre deux niveaux horizontaux. Le résultat des dernières élections a encore affaibli le pound, mais la paire de devises continue à évoluer sous la résistance qui définit le haut du range. Une cassure haussière de cette résistance pourrait redonner une impulsion haussière forte.

Prochaine résistance : 0.9115

Gilles Santacreu

Wébinaire Spécial

Revivez le wébinaire
Quels impacts sur les marchés ?

 

Voir le Replay

Nos Analystes

Pierre Veyret
Carlo De Casa
Jérôme Revillier
Gilles Santacreu


Dernière Vidéo

Un opérateur est disponible

An operator is not available

Démarrer le Chat